AIR CEMAC : c'est pour bientôt !

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE


Version imprimable

Une décennie après la décision des chefs d’Etat de la CEMAC de créer une compagnie aérienne communautaire, le dossier est en train d’être réactivé et pourrait aboutir au lancement de la nouvelle compagnie l’année prochaine.

Le projet de création d’une compagnie de transport aérien au sein de la CEMAC fait son chemin. Malgré le retard accusé dans la matérialisation de ce projet intégrateur, décidé depuis quelques années par les chefs d’Etat de la sous-région, les promoteurs se veulent optimistes quant à la mise en place, dans les prochains mois, d’une compagnie sous-régionale. La signature, il y a quelques jours à Brazzaville, d’un mémorandum pour la mise en place effective du pavillon sous-régional entre les pays de la CEMAC, représentés par les ministres en charge des Transports, et le président de la commission de la CEMAC, Antoine Ntsimi d’une part, et le partenaire stratégique, en l’occurrence, la compagnie sud-africaine de transport aérien SAA-Airways, avec, à sa tête, son PDG Khaya Ngqula, d’autre part, témoigne de la volonté des dirigeants d’Afrique centrale et de leur partenaire, de mener ce programme d’investissement jusqu’à son terme.

 

Protocole d’accord

Après des amendements apportés au document initial, les ministres ont notamment «approuvé les statuts de la compagnie communautaire, le pacte des actionnaires, le protocole d’accord entre les Etats membres de la CEMAC et la résolution mettant en place un comité de suivi auquel les ministres en charge de l’aviation civile participeront ».

A la suite de l’accord avec le partenaire stratégique, qui devrait, sauf changement, supporter 60% du projet, le choix du siège de la compagnie sous-régionale a été trouvé à Brazzaville, d’où l’engagement des pays à libérer leur participation à l’actionnariat au plus tard avant la fin du premier trimestre 2011. Ce qui permettra un avancement significatif dans la perspective du bouclage du dossier et vraisemblablement le début de la phase d’exploitation.

Ainsi sont prévus l’adoption des baux commerciaux, l’acquisition des avions en vue d’une optimisation de la flotte, ainsi que la détermination du plan d’exploitation de la compagnie. Il s’agit également d’obtenir divers certificats de conformité en matière d’aviation civile auprès des instances compétentes.

cemac2.jpg

 

Passeport communautaire

Pour accélérer ce programme intégrateur, les ministres des Transports de la CEMAC se sont engagés à nommer un administrateur sous tutelle, des commissaires aux comptes et leurs suppléants. Certains pays ont commencé à s’acquitter de leurs contributions, à l’instar du Congo, dont le gouvernement a annoncé le déblocage d’une somme de 10 milliards FCFA au profit de la compagnie AIR CEMAC. D’autres pays, à l’instar du Cameroun, ont également réitéré leur volonté de se conformer aux engagements communautaires et devraient également verser leur participation dans les délais.

Toutefois, il y a encore des sujets qui méritent d’être déblayés pour rendre définitivement opérationnelle la compagnie sous-régionale. A ce sujet, la mise en circulation du passeport CEMAC devient de plus en plus une nécessité. Si, pour le Cameroun, le Congo, la République centrafricaine et le Tchad le problème ne se pose pas, tel n’est pas le cas pour le Gabon et la Guinée équatoriale, qui montrent encore quelques signes de blocages.

La date du 1er avril 2010, qui avait été préalablement retenue par les chefs d’Etat pour la mise en circulation du passeport biométrique CEMAC, n’a pas été respectée, ce qui constitue un frein à la circulation des personnes et des biens. Dans ce contexte, le prochain sommet des chefs d’Etat de la CEMAC s’avère capital, en ce sens qu’il sera question d’entériner les décisions prises par le passé, et dont l’application permettrait d’avancer sérieusement dans l’intégration en Afrique centrale.

Source : les Afriques

Publié dans ACTU ECONOMIQUE

Commenter cet article