Guinée : Alpha Condé remporte l'élection présidentielle avec 52,52 % des voix

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Alpah Condé, 72 ans, est vainqueur de la présidentielle guinéenne.Alpah Condé, 72 ans, est vainqueur de la présidentielle guinéenne.© AFP

La Commission électorale nationale indépendante l'a annoncé lundi soir : c'est Alpha Condé qui remporte l'élection présidentielle en Guinée, avec 52,52 % des voix, contre 47,48 % pour son adversaire Cellou Dallein Diallo, selon des résultats provisoires. Peu après l'annonce, des coups de feu ont été entendus à Conakry.


Alpha Condé, le candidat du Rassemblement pour le peuple guinéen (RPG), sort vainqueur du second tour de l'élection présidentielle en Guinée, selon des résultats provisoires annoncés lundi 15 novembre. Il a obtenu 52,52 % des suffrages contre 47,48 % pour Cellou Dalein Diallo (UFDG). L'annonce a eu lieu au Palais du Peuple de Guinée (Assemblée nationale) vers 20h45 GMT (21h45 à Paris).

Dans sa première déclaration publique, il a déclaré à son adversaire : « Une fois passé cette éprouvante campagne électorale, le temps est venu de se donner la main dans un esprit de concorde et de fraternité. » Il a ajouté : « À mon jeune frère Cellou Dalein Diallo, j'adresse mes sincères félicitations et je tends une main fraternelle pour l'édification d'une Guinée unie et prospère. » Affirmant qu'il serait « le président du changement au bénéfice de tous, le président de la réconciliation nationale et du progrès ».

Alpha Condé, 72 ans, a obtenu 1 474 666 voix dans 24 des 28 circonscriptions du pays, contre 1 333 666 à son adversaire Cellou Dalein Diallo, a précisé le président de la Ceni, le général malien Siaka Sangaré lors de l'annonce officielle des résultats. Le taux de participation a été de 67 %, a-t-il ajouté.

Cliquer pour agrandir

Recours devant la Cour suprême

Dans une interview à RFI, Cellou Dalein Diallo a lancé « un appel à tous les militants et sympathisants de l'UFDG (son parti, NDLR) [...] à faire preuve de retenue, de calme et de discipline ». « Il faut à tout prix préserver la paix et l'unité de la nation », a-t-il ajouté.

Le candidat malheureux a affirmé qu'il allait introduire des « réclamations auprès de la Cour suprême en espérant que celle-là prendra tout le temps nécessaire [...] afin de [le] rétablir dans [ses] droits ».

Le vice-président de son parti, Amadou Bah Oury a accusé « une certaine administration toujours gangrénée par la mal gouvernance » d'avoir « changé les PV » électoraux, et affirme en détenir les preuves qui doivent être transmises à la Cour suprême.

Coups de feu

Le Secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, avait pourtant appelé dans un communiqué les candidats « à accepter les résultats et à recourir exclusivement aux voies légales pour toute contestation éventuelle ».

Mais, peu après l'annonce de la victoire de l'opposant historique, des coups de feu ont été entendus lundi soir dans plusieurs quartiers de Conakry où avaient eu lieu des violences entre des partisans de Cellou Dalein Diallo et les forces de sécurité plus tôt dans la journée. Celles-ci avaient fait deux morts a affirmé Cellou Dalein Diallo à l'AFP. Un décès avait été confirmé à l'agence par des sources policières.

La population attendait les résultats de ce second tour, qui s'était tenu le 7 novembre, avec impatience et dans unclimat de tension.

Autoproclamations

Les deux candidats s'étaient chacun autoproclamé vainqueur plus tôt dans la journée. Cellou Dalein Diallo affirmait se baser sur des résultats « purgés » de « fraudes ». Dimanche soir, il avait menacé de ne pas reconnaître les résultats du second tour s'ils étaient proclamés dès lundi, comme le délai légal le prévoyait. Selon lui, la Ceni devait repousser cette proclamation pour « prendre le temps » de bien examiner toutes les « réclamations ».


Cellou Dalein Diallo a contesté les résultats de plusieurs régions.
© AFP

La Ceni a validé les résultats de deux communes de Haute-Guinée, Siguiri et Kouroussa, fiefs de M. Condé dont son adversaire avait demandé qu'ils ne soient pas comptabilisés, en raison des pressions exercées sur les membres de la communauté peule à laquelle il appartient (alors qu'Alpha Condé est malinké).

Alpha Condé lui non plus n'a pas attendu l'annonce officielle pour se proclamer vainqueur lors d'une conférence de presse dans la matinée de lundi à Conakry. « Moi, je sais que j'ai gagné », a-t-il affirmé. « J'ai gagné quatre communes sur cinq à Conakry, toutes les préfectures de Basse-Guinée à part Boké, toutes les préfectures de la Forêt et de la Haute-Guinée. Comment voulez que je ne gagne pas ? », interrogeait-il. 

Source : Jeune Afrique

Publié dans AILLEURS EN AFRIQUE

Commenter cet article