Bangui dans la rue pour protester contre le délestage et les pénuries d'eau

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Plusieurs quartiers dits "pauvres" de la capitale centrafricaine sont sortis dans la rue ces derniers jours, pour protester contre les coupures récurrentes d'eau et d'électricité. En effet, force est de constater que ces phénomènes n'ont trouvé aucune solution viable, malgré les différents plans de restructurations de l'ENERCA (Energie Centrafricaine) et de la SODECA (Société des Eaux Centrafricaine) mis en oeuvre par le gouvernement. Au contraire, la situation semble même s'empirer ces derniers temps, obligeant ces deux sociétés publiques à effectuer des coupures sélectives pour garantir une desserte minimale à chaque quartier.

Bangui-rue-barree-copie-1.jpg

Et c'est ici que le bât semble blesser : les habitants des quartiers les plus démunis de Bangui (notamment le quartier sara et le quartir combattant) accusent l'ENERCA et la SODECA de privilégier l'approvisionnement en eau et en électricité des zones pavillonnaires (36 villas, 200 villas...), à leur détriment. Pour se faire entendre, ils ont ces derniers jours bloqué la chaussée avec des barricades de fortune et incendié des pneus pour gêner la circulation. La police a fort heureusement rétabli le calme, évitant la répétition de dérapages comme en a connu Bangui lors des "émeutes interconfessionnelles" de la fin mai. Des casseurs qui s'étaient infiltrés dans les manifestations ont également été mis hors d'état de nuire par les forces de l'ordre.

Mais il appartient désormais au gouvernement, et plus particulièrement au nouveau Ministre en charge de l'Energie et de l'Hydraulique, Léopold Fatran, de prendre les mesures adéquates pour que pareille situation n'ait pas à se reproduire à l'avenir. Il serait notamment non dénué d'esprit de construire au plus vite la barrage hydraulique Boali III pour fournir un approvisionnement constant en électricité à toute la capitale et à ses faubourgs. Si ce projet est dans les cartons du gouvernement depuis un moment déjà, il appartient à ce dernier de tout mettre en oeuvre afin que cette réalisation soit achevée au plus vite. Assainir les comptes de la SODECA et de l'ENERCA apparaissent également être un impératif, quand on sait que 87,5 % des dépenses de l'ENERCA en 2009 se sont situés hors du budget prévisionnel. Le bien-être des banguissois est à ce prix...

 

La rédaction de Centrafrique En Ligne

Publié dans ECHOS DE LA SOCIETE

Commenter cet article