Bangui : l'intolérable hausse des prix de la bière

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Les dirigeants de la brasserie MOCAF sont-ils devenus fous ? C'est la question que beaucoup de centrafricaines et beaucoup de centrafricains sont en droit de se poser à l'aune des fêtes de fin d'année. En effet, et ce d'après nos dernières informations, les prix de la bière distribuées par MOCAF ont augmenté pour la troisième fois en moins d'un an ; situation d'autant plus fâcheuse que la MOCAF, fierté nationale, est l'unique distributeur de boissons à grande échelle en République Centrafricaine. Dans les débits de boissons, les bières 33 Export et Castel se vendent désormais respectivement à 600 et 650 Francs CFA, au lieu de 550 et 600 Francs CFA auparavant. Cette hausse inattendue du prix de ces produits très prisés à Bangui ont provoqué une grogne générale chez nombre de consommateurs de boissons alcoolisées. Cette augmentation risque donc d'avoir des effets négatifs sur la fréquentation des lieux de divertissement pour le réveillon de la nouvelle année.

MOCAF.jpg


Par ailleurs, il convient de signaler à nos lecteurs que la brasserie MOCAF a décidé cette hausse des prix de manière unilatérale, sans en avoir informé au préalable le Ministère du Commerce et de l'Industrie comme elle aurait dû le faire. Ce même Ministère a réagi assez vivement à cette annonce, en proclamant qu'il allait engager une concertation avec la brasserie MOCAF afin que les banguissois ne soient pas sans cesse pénalisés par une inflation des prix de l'alcool bien plus forte que la limite tolérable. Alors que les salaires évoluent à la hausse à pas de tortue, il apparaît insupportable qu'une brasserie puisse vouloir augmenter sans répit ses bénéfices en spoliant des consommateurs déjà durement touchés par les années de privation de la décennie 90 et du début des années 2000. Le gouvernement se doit d'agir en fixant par exemple lui-même le prix des principales boissons alcoolisés  et ne devra permettre son augmentation qu'à des intervalles bien espacés. L'arrêt des cadeaux de Noël empoisonnés de la brasserie MOCAF à ses consommateurs est à ce prix...

Sara Pendere

Rédaction Centrafrique En Ligne

Publié dans ACTU ECONOMIQUE

Commenter cet article