CEEAC : sommet des chefs d’Etat le 28 janvier à N’Djamena

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) est annoncé le 28 février à N’Djamena au Tchad, avec parmi les sujets à l’ordre du jour la question du mandat du secrétaire général sortant, Louis-Sylvain Goma.

Désigné à la tête de l’organisation régionale en 1999, l’ancien Premier ministre et ex-général d’armée congolais avait vu son mandat renouvelé de manière exceptionnelle en 2007 à Brazzaville au Congo. « Selon les textes de l’organisation, le secrétaire général a un mandat de 4 ans renouvelable une fois », a expliqué une source interne jointe par Xinhua à Libreville, siège de la CEEAC au Gabon.

arton460

A N’Djamena, les dirigeants des 10 pays membres de la CEEAC ( Angola, Burundi, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Sao Tomé & Principe et Tchad) devront donc soit reconduire Louis- Sylvain Goma, soit nommer un nouveau secrétaire général. Autre dossier préoccupant, « les chefs d’Etat doivent donner de nouvelles orientations par rapport à l’opérationnalisation des institutions, par exemple la révision des textes de la MICOPAX ( Mission de maintien de la paix de l’Afrique centrale, première du genre pour une région en Afrique, ndlr). Le processus décisionnel est lourd par rapport aux situations d’urgence », a par ailleurs indiqué la source contactée par Xinhua.

La rationalisation projetée entre la CEEAC et la CEMAC ( Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale avec pour pays membres le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine et le Tchad), autre organisation régionale d’Afrique centrale, est aussi citée comme un autre sujet de discussions du sommet de la capitale tchadienne. De même, l’adoption d’une position commune sur les négociations internationales relatives aux changements climatiques. Avec le Bassin du Congo, l’Afrique centrale abrite le deuxième poumon écologique du monde les forêts de l’Amazonie. Il est certain que la situation politique au Gabon et le climat politique en Centrafrique après les élections du 23 janvier focaliseront aussi l’attention. Le sommet prévu débutera le 20 février par une réunion des experts, suivie de la rencontre des Ministres des Affaires Etrangères.

 

Source : Xinhua

Publié dans LE FIL DE L'ACTUALITE

Commenter cet article