Centrafrique : Plus de transparence dans les industries extractives

Publié le par CENTRAFRIQUENLIGNE


Ai-Rca - Le préfet de l’Ombella Mpoko, Victor Bissekoin a présidé le 24 juillet à Bimbo dans l’Ombella Mpoko la cérémonie de clôture des travaux de l’atelier de dissémination du premier rapport ITIE-RCA.

Il a aussi procédé à la mise en place du comité préfectoral de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives(ITIE) de l’Ombella Moko et de renforcement des capacités des membres. C’était en présence du secrétaire technique de l’ITIE-RCA Robert Moidokana.

Organisé par le secrétariat technique de l’ITIE-RCA, cet atelier visait deux objectifs à savoir: la dissémination du premier rapport ITIE-RCA, suivie de la mise en place du comité préfectoral de l’Ombella Mpoko et le renforcement des capacités de ses membres.

Pendant 24 heures, les participants ont été édifiés sur l’historique de l’ITIE, le but et les bénéfices attendus du processus, le rôle des parties prenantes, la présentation du premier rapport ITIE RCA, le rôle et le fonctionnement des comités préfectoraux.

«En mettant en place le comité préfectoral ITIE de l’Ombella Mpoko, le gouvernement entend vous impliquer directement et pleinement dans la gestion des revenus du secteur minier à travers une action de communication de proximité soutenue» a déclaré M Bissekoin lors de la cérémonie de clôture. Il a rappelé aux membres dudit comité les missions qui sont les leurs : assurer le relais de la diffusion des programmes ITIE-RCA, enregistrer les opinions de la population riveraine sur la mise en œuvre de l’ITIE-RCA, disséminer et organiser les débats autour des rapports ITIE-RCA et sensibiliser la population riveraine sur les bénéfices attendus du processus.

Pour lui, dans de nombreux pays riches en ressources naturelles, les citoyens ignorent les revenus générés par l’exploitation desdites ressources. Ce qui fait que, l’argent qui devrait être utilisé pour faire sortir la population de la pauvreté et contribuer au développement socioéconomique de la nation est mal géré.

«Nous devrions en tant que citoyen, savoir ce que rapportent les industries extractives et ce que le gouvernement perçoit », a-t-il dit.

«Notre pays est compté parmi les plus riches en ressources minérales, malheureusement il figure paradoxalement parmi les pays les moins développés» a déploré Robert Moidokana joint au téléphone par l’agence Ai, expliquant que les raisons de ce retard viennent du fait que, depuis des décennies, les gouvernements qui se sont succédés ont livré le secteur minier à la contrebande, donc à l’opacité.

Selon lui, ces revenus générés par ces ressources ont servi les intérêts de certains dirigeants égoïstes, des hommes d’affaires influents et véreux.

Le premier rapport de l’ITIE RCA est disponible depuis mars 2009 et contient plus d’une quarantaine de pages. Ce rapport concerne la collecte et la réconciliation des données statistiques du secteur minier de l’an 2006.


Publié dans ACTU ECONOMIQUE

Commenter cet article