Centrafrique: six ex-chefs rebelles nommés conseillers à la Présidence

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Six importants ex-chefs rebelles centrafricains ayant intégré le processus de paix, dont Zakaria Damane et Abdoulaye Miskine, ont été nommés "conseillers à la Présidence chargés du Désarmement, Démobilisation et Réinsertion" (DDR), selon un décret présidentiel jeudi.

En vertu de ce décret lu à la radio nationale, les chefs nommés sont Zakaria Damane chef de l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), Martin Koumta Madji dit "général Abdoulaye Miskine" du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ainsi que Henri Wafio Tchebo et Maradas Lakoye, de l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD), la rébellion qui soutient l'ancien ministre à la Défense Jean-Jacques Demafouth à la présidentielle.

Ces trois rébellions étaient les trois plus importantes du pays.

sabone.jpg

Les autres conseillers sont le "capitaine" Abakar Sabone du Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ) et Ascain Nzengué Landa de l'Union des forces républicaines (UFR).

Selon la presse présidentielle, "la veille au soir de la signature de ce décret, le président François Bozizé a reçu au palais présidentiel, les responsables des mouvements politico-militaires pour évoquer le processus de désarmement démobilisation et réinsertion (DDR)".

Selon la même source, "lors de cette rencontre, les mouvements politico-militaires se sont engagés à garantir le bon déroulement du processus électoral".

Ces mouvements politico-militaires sont signataires de l'accord de paix de Birao d'avril 2008, de Syrte de février 2008 , de l'accord de paix de Libreville de mai 2008, ou de l'accord de paix global de Libreville de juin 2008.

Le MLCJ et l'UFR ont signé en décembre 2008 ces accords en marge du Dialogue politique inclusif (DPI), forum pour la paix réunissant le pouvoir, l'opposition, la société civile ainsi que less mouvements rebelles.

Le FDPC avait signé l'accord de Syrte et le général Abdoulaye Miskine avait été nommé Conseiller spécial à la Présidence de la République dans la foulée Mais, la même année, il avait dénoncé l'accord et était reparti en exil en Libye. Son mouvement s'était ensuite allié au MLCJ d'Abakar Sabone et briévement repris les armes en 2009.

Source : AFP / Jeune Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article