Centrafrique: vaccination de 3,7 M d'habitants contre la fièvre jaune

Publié le par CENTRAFRIQUENLIGNE

BANGUI — Une campagne nationale de vaccination contre la fièvre jaune visant 3,7 millions des 4 millions d'habitants centrafricains a été lancée lundi par les autorités et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

"Il est question de vacciner 95% de la population contre la fièvre jaune qui est une maladie virale, infectieuse et qui provoque la mort dans la plupart des cas", a annoncé un communiqué du ministère de la Santé.

"Entre 2008 et 2010, plus d'une dizaine de cas de décès imputés à la fièvre jaune ont été recensés, à Bangui et dans les provinces centrafricaines", précise le communiqué.

Une première campagne aura lieu à Bangui et dans les préfectures de la Mambéré Kadéï, de la Sangha Mbaéré, de la Nana Mambéré (ouest) et une deuxième campagne aura lieu en novembre pour le reste du pays, a indiqué à la presse le docteur Rock Ouambita Maboké, du service de lutte contre les grandes endémies.

"Contrairement à la campagne de vaccination contre la polio qui utilise la stratégie du porte à porte, a-t-il dit, nous privilégions la stratégie (des postes) fixe(s), c'est-à-dire que des agents mobilisateurs vont sillonner les différents secteurs pour indiquer à la population les sites retenus pour la vaccination".

La présente pourrait être confrontée à l'insécurité qui sévit dans les régions du nord-est et du sud-est du pays.

"Ces zones sont concernées par la seconde phase qui démarrera en novembre prochain. Mais on ne pourra pas travailler dans la quiétude s'il y a l'insécurité", a affirmé Ouambita Maboké.

"Exceptés les femmes enceintes et les enfants de moins de 9 ans, tous les habitants doivent se faire vacciner", a déclaré Mme Geneviève Ngaolissio, sage-femme au centre de santé de Ouango-Bangui.

"Depuis ce matin, il y a une affluence de la population, nous sommes débordés mais nous nous organisons pour répondre aux attentes des uns et des autres. Parce que tout le monde veut être vacciné", a expliqué la sage-femme.

La campagne a été précédée par un battage médiatique ainsi que le placardage des affiches invitant la population à se faire vacciner.

Publié dans ECHOS DE LA SOCIETE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article