Christian Serge Lengbe : appelez-le Honorable !

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Il vient sans doute d'être élu dans une des circonscriptions les plus stratégiques de la République Centrafricaine. A près de 48 ans, Christian Serge Lengbe, savoure sa victoire dans le 1er arrondissement de Bangui. Avec plus de 55% des voix au premier tour, le triomphe du candidat KNK est total. Le député sortant du PSD, Jean-Baptiste Nouganga en est pour ses frais, après avoir récolté un peu plus de 30 % des suffrages exprimés. Les autres candidats, comme ceux du MLPC et du MDD, sont loin derrière. Et aucun observateur averti de la vie politique centrafricaine ne pourra infirmer le fait que cette victoire est amplement méritée.

 

27448_1382287271_1600_n.jpg

 

Né le 4 avril 1963 à Bangui d'un père sous-officier dans l'armée centrafricaine et d'une mère camerounaise, Christian Serge Lengbe a été formé dans un cadre austère, au sein de l'Ecole Militaire des Enfants de Troupe (EMET). Son bac en poche, il rejoint la France où il poursuit des études de marketing en région parisienne. Dans les années 90, il deviendra directeur commercial de Tradex, une compagnie camerounaise spécialisée dans le commerce des hydrocarbures. Par la suite, en reconnaissance de ses compétences managériales, il sera détaché à Bangui pour s'occuper de la filiale de Tradex implantée en République Centrafricaine. Sous sa férule, la compagnie se développera considérablement en multipliant les points de vente et parviendra même à concurrencer le géant français du secteur, Total.

 

Contrairement à certains « républicains du lendemain », l'engagement en politique de l'Honorable Lengbe ne date pas d'hier. Dès le premier mandat du Président Bozizé, il rejoint les rangs de la majorité et participe à la fondation du parti Kwa na Kwa. Vivant depuis plusieurs années au centre même de la capitale, c'est tout naturellement que Christian Lengbe a été investi par les militants KNK à la course pour le 1er arrondissement de Bangui, qui regroupe les quartiers les plus centraux de la capitale. Lors d'une campagne à la députation menée tambour-battant, il a su séduire les électeurs en promettant notamment la scolarisation gratuite de tous les enfants habitant dans sa circonscription et la réouverture de l'EMET. Dynamique et disponible, il s'est également engagé à mener un vaste programme de sensibilisation aux risques des MST (Maladies Sexuellement Transmissibles), notamment le VIH/SIDA qui touche, rappelons-le, pas moins de 6% de la population centrafricaine.

 

Ainsi, le 23 janvier dernier, lors du premier tour des élections législatives, les électeurs se sont précipités aux urnes pour plébisciter l'Homme incarnant l'espoir dans le 1er arrondissement de la capitale. Et la victoire fut au rendez-vous, surtout que Christian Lengbe a pu compter sur l'appui sans faille de son frère, l'excellent Colonel Thierry Lengbe, commandant de l'Ecole Spéciale de Formation des Officiers d'Active (ESFOA) et ancien directeur général de la Garde Présidentielle. Il y a une semaine, à l'occasion du deuxième tour de ces même élections, c'est avec la sérénité des vainqueurs que Christian Lengbe a assisté à la marée orange qui a submergé l'Assemblée Nationale. Ne reste plus qu'à attendre l'ouverture de la première session parlementaire de cette nouvelle législature pour que l'Honorable Lengbe puisse mettre en oeuvre ses promesses. Sans vouloir tomber dans un panégyrique coupable, nul doute qu'il y parviendra...  

 

Albert Tangawissi

Rédaction Centrafrique En Ligne

Publié dans EDITORIAL

Commenter cet article