Communiqué de la Jeunesse KNK : "La RCA nous appartient tous, car nous sommes tous la RCA !"

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

KNK – FRANCE : COMMUNIQUE

 

communique4-1.jpg


Dans l'attente de la décision de la Cour Constitutionnelle de dire le droit suite aux résultas du scrution du 23 janvier dernier, des voix s'élèvent, ici et là, dans l'opposition, appelant à des manifestatations.

 

Après avoir été rejetée par le suffrage des Centrafricains de la diaspora, l'opposition centrafricaine, victime de ses propres turpitudes, doit maintenant accepter son désavoeu au niveau national, et chercher à se reconvertir en une véritable force de propositions. Les Centrafricains n'ont pas oublié que ces candidats malheureux ont tous été comptables de leurs maux et souffrances, et de la situation qui fut chaotique pour ce pays.

 

Ces chefs d'opposition ont déçu et destabilisé leurs électeurs par leurs atermoiements répétés, demandant le report des élections tout en restant dans le processus, dénonçant tels ou tels dysfonctionnements mais battant campagne, annonçant des résulltats fantaisistes bien avant même l'élection. Ils n'ont eu de cesse de dénoncer l'impréparation de ces scrutins. Mais nul n'ignore que même dans les pays les plus avancés d'Europe et d'Amérique, les élections parfaites n'existent pas. Il arrive qu'on compte et recompte des voix, il arrive aussi qu'on retrouve des bulletins dans les chaussettes sans que cela remette en cause tout le scrutin.

 

Pour ces candidats, encore assommés par le K.O électoral, la crédibilité de ces élections générales dépendait uniquement de leur victoire. C'est-à dire que ces élections étaient fiables, crédibles et transparentes si et seulement si un candidat de l'opposition était arrivé en tête.

 

En politique, dit-on, on n'a pas d'ennemis, on n'a que des intérêts; et à partir de là, toute forme d'alliance est possible. Sinon comment comprendre que les frères ennemis d'hier, qui se traitaient d'éléphant et de chien, se retrouvent aujourd'hui dans une réconciliation de façade dans le seul but de contester les résultats et de lancer des appels à manifester?

 

Les Centrafricains n'ont en cure des appels à la rebellion qui ne sont suivis que par une poignée de brebis égarées, et que le Président BOZIZE compte bien ramener à la raison du « Ensemble, Bâtissons la RCA ».

 

La diaspora centrafricaine crie son ras-le-bol contre ces hommes politiques qui discréditent nos institutions et cherchent à retourner les Centrafricains contre les Centrafricains.

 

 

La diaspora centrafricaine refuse que l'on insulte l'intelligence des Centrafricains qui ont porté leur choix sur le Président BOZIZE.

La diaspora centrafricaine dénonce cette maladie centrafricano-centrafricaine qui consiste à tout contester, et à tout rejetter sur le pouvoir en place: « Il pleut trop à Bangui? C'est la faute du régime en place; il ne pleut pas assez à Bangui? C'est toujours et encore la faute du régime en place ».

 

La diaspora centrafricaine refuse :

  • la manipulation politique de la majorioté silencieuse du Peuple souverain par une minorité avide de pouvoir;

  • la destabilisation des institutions de la République, la violation de la légalité de notre Pays;

  • le sacrifice de la jeunesse, et la violence faite contre d'autres Centrafricains du seul fait de ne pas penser comme l'opposition.

Aujourd'hui, le seul objectif, le seul combat de tous les Centrafricains qui vaille, est de faire « émerger »notre Pays. A cet effet, la diaspora centrafricaine invite l'opposition centrafricaine républicaine à dialoguer avec les autorités du Pays.

 

La RCA n'appartient ni à une ethnie majoritaire, ni à une ethnie minoritaire, ni à une région, niencore moins à la rue :

La RCA nous appartient tous, car nous sommes tous la RCA !

 

 

 

Chibazo OKOYE

Président Conseil-Ville KNK- Montpellier

Porte-Parole de la Jeunesse KNK-France

Publié dans INTERVIEWS-COMMUNIQUES

Commenter cet article