Elections : les premières tendances donnent Bozizé élu au premier tour

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Trois jours après le double scrutin présidentiel et législatif du 23 janvier, des premiers résultats non-officiels commencent à filtrer après le dépouillement d'une grande partie des bulletins de vote. D'ici samedi, la Commission Electorale Indépendance (CEI) devrait annoncer des résultats provisoires, résultats qui devront être confirmés en dernier recours par la Cour Constitutionnelle. Mais déjà, les observateurs les plus curieux de la vie politique centrafricaine ne peuvent s'empêcher de recueillir ça et là des informations parcellaires relatives aux deux scrutins.

 

Concernant l'élection à la magistrature suprême, le suspens ne semble déjà plus de mise. En effet, la reconduction de François Bozizé dans son fauteuil de président est quasi-certaine, et ce dès le premier tour. Même s'il était le grand favori de ces élections de par son bilan et de par le soutien inconditionnel de ses supporters, il semble que sa victoire soit plus large que prévue. Surtout que derrière, une surprise de taille se dessine. Il apparaît effectivement de plus en plus probable qu'Ange-Félix Patassé prenne la deuxième place sur le fil à Martin Ziguélé. Profitant d'un score plus qu'honorable dans la préfecture de la Mambéré-Kadeï, le « Barbu National » défait son ancien Premier Ministre, qui ne saurait sortir autrement que très fragilisé de ce scrutin. Quant à Jean-Jacques Demafouth, c'est une véritable déroute pour l'ancien chef rebelle qui devrait logiquement se situer sous la barre des 5% et pointer bon dernier de la course à la présidentielle.

 

1555560-2080112

 

Si nous pouvons affirmer tout de go que l'élection présidentielle est jouée, la bataille pour la députation est loin d'être finie et se poursuivra dans une grande partie des circonscriptions le 20 mars prochain. D'après les derniers résultats non-officiels en notre possession, Christian Lengbé (1er arrondissement de Bangui), Aurélien Zingas (le Ministre des Sports, 6ème arrondissement) et Jules Bernard Ouandé (Ministre de la Sécurité Publique, 8ème arrondissement) l'emportent facilement dès le premier tour. Même son de cloche pour Emilie Béatrice Epaye (Ministre du Commerce) dans l'Ouham et pour Daniel Emery Dede (KNK) dans la Mambere-Kadeï, qui sont en bonne posture pour défaire leurs concurrents.

 

Dans le 7ème arrondissement de Bangui, au contraire, la situation est on-ne-peut-plus électrique. Il est fort probable qu'un deuxième tour oppose Thierry Savonarole Maleyombo, Ministres des Télécoms étiqueté KNK et Jérôme Lavou, le député sortant, lui aussi KNK. Dimanche, à la fermeture des bureaux de vote, le Ministre Maleyombo a agressé physiquement Jérôme Lavou avant de le menacer avec une arme. Pas sûr que cela convainc les électeurs de lui faire confiance, d'autant plus que le Ministre s'est fait ces derniers mois une spécialité des intimidations en tout genre envers ses adversaires politiques. Au niveau du 3ème arrondissement, le candidat du RDC (ancien parti d'André Kolingba), Anatole Koué est en ballotage favorable face au favori du KNK, Mahamat Tahir Yacoub. Abdul-Karim Meckassoua, l'ancien Ministre d'Etat, est éliminé de la course à la députation.

 

Mais la plus incroyable surprise de ce double scrutin est sans conteste le résultat du premier tour des législatives dans le 4ème arrondissement de Bangui. En effet, Nicolas Tiangaye, le chef de file du CRPS, a porté l'estocade à François Bozizé, prétendant à la conquête de l'arrondissement avec comme suppléant l'ancien Premier Ministre Elie Doté. Alors que de nombreux observateurs, dont nous-même, avons fait de la victoire de François Bozizé aux législatives une assertion inénarrable, il apparaît de plus en plus flagrant qu'un second tour soit nécessaire du côté du Boy-Rabe pour départager ces deux lions de la politique centrafricaine. Malgré tout, il semble que ticket Bozizé-Doté soit en ballotage favorable. Ne reste plus qu'à attendre la proclamation des résultats officiels par la CEI d'ici samedi pour confirmer ou infirmer nos dires.

 

Albert TANGAWISSI

 

Rédaction CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Commenter cet article