François Bozizé réconforte les habitants de Birao

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Il y a une semaine de cela, le président de la République, Chef de l'Etat, S.E. le Général d'Armée François Bozizé Yangouvonda a effectué une visite officielle de deux jours dans la ville de Birao, située dans la préfecture de la Vakaga (Nord-est du pays, dans la zone des trois frontières). Il était accompagné de plusieurs ministres et de hauts responsables militaires centrafricains.

B3

"Je suis à Birao pour constater ce qui s'est passé et vous prouver que je suis toujours avec vous", a-t-il dit, alors que la ville a été visée le 24 novembre par une attaque de grande ampleur de la rébellion centrafricaine de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), en coordination avec les rébellions tchadiennes de l'UFR et du FPRN. Des pillages ainsi que des destructions ont été constatés dans la ville à la suite de l'occupation rebelle. C'est pourquoi le Président de la République n'est pas arrivé dans la localité de Birao les mains vides, apportant avec lui de fortes quantités de denrées alimentaires destinées à ravitailler les populations démunies en produits de première nécessité. 71 personnes, dont 65 rebelles, ont perdu la vie lors des affrontements, selon un bilan donné par les autorités centrafricaines. Ces dernières avaient repris la ville le 26 novembre, soit deux jours après l'attaque initiale, aidée en cela par l'intervention de troupes amies des pays limitrophes, notamment le Tchad.

Dans un discours prononcé devant une population de Birao venue l'écouter en masse, le Général d'Armée François Bozizé Yangouvonda a également demandé aux habitants de la plus grande ville du nord de la RCA de "vivre en harmonie" avec les troupes tchadiennes (une centaine d'hommes) présentes sur place depuis l'attaque rebelle de fin novembre. Ces unités sont par ailleurs commandées par un cousin d'Idriss Déby, Ousmane Bahr Itno. "Je vous invite à vivre en harmonie avec nos frères qui sont ici pour vous protéger. S'il y a un peu de quoi manger, partagez avec eux", a déclaré François Bozizé en sango (langue nationale) lors de ce discours à la population de Birao, tenu sur place le 10 décembre et retransmis quelques jours plus tard sur les médias nationaux.

"Ne vous laissez pas manipuler et que personne ne vous trompe, quand tout ira mieux, je serai encore ici parmi vous. Le gouvernement centrafricain protégera toujours Birao. Je vous en donne ma parole de Président de la République", a affirmé le chef de l'Etat, rassurant une population meurtrie par des attaques incessantes de mercenaires sans foi ni loi. La visite du Général Bozizé, selon les dires du présentateur de la radio nationale, "était destinée à remonter le moral des troupes de la garnison de Birao", durement éprouvées par la violence inouïe de l'attaque menée contre leurs cantonnements et par la prise d'otages du commandant de la place qui s'en suivit. Fort heureusement, quelques jours plus tard, les otages avaient été libérés des griffes des rebelles, sains et saufs. 

Pour conclure cette brève, il nous apparaît important d'affirmer que cette visite du Président Bozizé à Birao a lancé un signal fort à tous ceux qui affirment que cette région reculée du nord-est de la République Centrafricaine est abandonnée à son sort et n'intéresse que peu le gouvernement central de Bangui. Et même si des troupes étrangères stationnent actuellement à Birao, cette situation ne saurait être autre que provisoire et il nous apparaît capital d'apporter à la connaissance de  nos lecteurs que l'Armée Nationale Tchadienne n'opère uniquement qu'en qualité d'auxiliaire des Forces Armées Centrafricaines (FACA).  Les populations civiles de Birao, et plus généralement de la Vakaga, ne pourront que s'en réjouir.

 

Robert Wali

La rédaction Centrafrique En Ligne (avec AFP)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article