François Bozizé investi Président

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Le Général François Bozizé a été investi officiellement Président de la République Centrafricaine pour les cinq prochaines années (soit jusqu'en 2016). Aujourd'hui, 15 mars 2011, il a prêté serment au stade 20 000 places de Bangui (complexe sportif Barthélémy Boganda) devant un parterre impressionnant de chefs d'état, dont Idriss Déby (Tchad), Ali Ben Bongo (Gabon) et Théodore Obiang Nguema (Guinée-Equatoriale). Des représentants de la communauté internationale ont également assisté à la cérémonie, confirmant ainsi la validité des dernières élections présidentielles.

B5

 

Devant le Président de la Cour Constitutionnelle, Marcel Malonga, François Bozizé a juré fidélité à la Constitution et a promis de servir invariablement le peuple centrafricain. Il a également reçu les insignes de la République ainsi que des objets guerriers symboliques issus de la tradition centrafricaine. Dans son discours d'investiture, le président centrafricain nouvellement réélu a notamment insisté sur les grands chantiers qu'il compte mette en oeuvre dans les cinq prochaines années. La réhabilitation du secteur agricole et la construction de nouvelles infrastructures seront parmi ses priorités. François Bozizé entend également poursuivre son programme de revitalisation de la société centrafricaine entrepris dès 2003, fidèle aux idéaux du « Kwa na Kwa ».

 

Rappelons à nos lecteurs que François Bozizé a été élu dès le premier tour des présidentielles avec 64,37 % des voix, loin devant ses adversaires Ange-Félix Patassé et Martin Ziguélé. Par ailleurs, le choix de la date du 15 mars, pour prêter serment devant la nation toute entière, est loin d'être anodine. Elle correspond au 8ème anniversaire de sa prise du pouvoir par la force (ndlr : le 15 mars 2003), sauvant ainsi le pays d'une faillite annoncée. Dans son discours d'investiture, le Président Bozizé a annoncé vouloir transmuter la signification de cette date en symbole du processus démocratique centrafricain. Et en effet, rien ne semble plus pouvoir empêcher la République Centrafricaine de se targuer du qualificatif de « démocratie », qualificatif par ailleurs de plus en plus répandu sur le continent africain.

 

En cette journée déclarée fériée sur l'ensemble du territoire national, la fête a battu son plein, notamment à Bangui et à Mbaïki (une centaine de kilomètres au sud de la capitale), où, dans la soirée, un bal devait être organisé en présence du chef de l'Etat et de ses invités. Enfin, lors d'une interview donnée ce matin à RFI, le Président Bozizé a affirmé qu'il ne modifierait pas la Constitution pour pouvoir se représenter à un troisième mandat en 2016. Désormais, la République Centrafricaine va pouvoir abhorrer les considérations électoralistes et se mettre au travail afin de poursuivre le redressement politique et économique commencé il y a un peu moins d'une décennie.

 

 

N.B. : à la demande de certains de nos lecteurs, nous publierons dans les tous prochains jours les images exclusives de cette investiture en grande pompe

 

Jonas Abbo Tshipopo

 

Rédaction Centrafrique En Ligne

Commenter cet article