Kevin Bozize répond à Bakchich Info

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Droit de réponse de Kevin François Bozizé à l’endroit de Francesca Gasse, journaliste à Bakchich Info à propos de l’article intitulé « Arnaque à l’africaine » daté du 3 octobre 2010

Madame,

C’est avec effarement que je me suis penché sur votre bref article en date du 3 octobre 2010 publié dans le journal satirique Bakchich Info. Outre le titre d’où émane indubitablement des relents nauséabonds de racisme (comme si les arnaques les plus invraisemblables ne pouvaient être l’œuvre que d’africains) et de néocolonialisme, force est de constater que cette article est un véritable tissu de mensonges. En effet, je ne suis et ne saurai être le fils de président dévoré par sa soif de richesses que vous décrivez dans votre bref pamphlet. Ayant accompli mes études supérieures à l’Académie Royale Militaire de Meknès, j’ai notamment travaillé par la suite pendant plus de deux ans à Ecobank (de 2007 à 2009), où je fus en charge du service monétique. A l’heure actuelle, j’exerce les fonctions d’administrateur réseau à Africard. Vous pouvez donc constater par vous-même que je ne suis pas le délinquant naïf que vous décrivez de façon manichéenne dans votre brûlot mais bien un jeune homme averti et non dépourvu de compétences. Cette brève description de ma personnalité n’a nullement pour objectif de me mettre en valeur mais bien de vous prouver que je me situe bien au-dessus du marigot d’affaires douteuses dont vous me conférez le rôle principal.

photo--12-.jpg

Par ailleurs, il me semble utile de porter à votre connaissance que je me suis rendu en France dans le cadre d’une permission et que j’éprouve tout ingénument le désir de me reposer après des mois de dur labeur en République Centrafricaine, le pays que je sers de tout mon coeur. D’autre part, il paraît évident que la somme que vous avancez (100.000 euros) dans le cadre de cette affaire relève du pur fantasme et ne saurait être compatible avec mon train de vie ainsi que celui de ma famille, qui possède bien moins que la grande majorité de toutes les familles présidentielles africaines. A l’heure actuelle, je ne loge ni dans les grands hôtels de la capitale, ni dans un somptueux appartement mais bien chez mon frère, qui m’héberge dans sa modeste demeure. En résumé, si affaire il y a eu, la nature de cette dernière et les sommes engagées sont de natures bien plus modestes et bien plus transparentes que ce que vous avancez dans votre article.

Permettez-moi en dernier lieu de vous asséner un conseil qui pourra vous être des plus utiles à l’avenir. En ces temps d’élections en RCA, nombreux sont ceux qui cherchent par tous les moyens, même les plus vils, à déstabiliser le régime en place pour s’emparer du pouvoir. J’ose espérer qu’un journal aussi sérieux que le vôtre ne s’est pas hasardé à publier un article sans vérifier ses sources, ne portant pas ainsi crédit à des opposants sans vergogne prêts à fabriquer de toutes pièces des affabulations. Le contenu de votre article me laisse néanmoins douter de votre impartialité, et je ne peux que vous engager à respecter désormais l’éthique du journalisme en vous faisant pas le porte-parole de la propagande de centrafricains malintentionnés.

Kevin François Bozizé

Publié dans INTERVIEWS-COMMUNIQUES

Commenter cet article