L’énigme Martin Ziguélé

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Qui est véritablement Martin Ziguélé ? Un opposant pacifique ou un chef rebelle sans pitié, comme l’a affirmé récemment le porte-parole du gouvernement Fidèle Ngouandjika ? En effet, selon ce dernier, il semble que le président du MLPC (Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain) ait maille à partie avec les rebelles de la CPJP (Convention  des Patriotes pour la Justice et la Paix), et que ce mouvement politico-militaire soit même la branche armée du MLPC. Certes, les deux mouvements partagent la même haine aveugle du pouvoir de François Bozizé et de son gouvernement. Certes, Martin Ziguélé, en tournée dans l’intérieur du pays, s’est empressé d’aller saluer chaleureusement la famille du disparu Charles Massi (ex-dirigeant de la CPJP), sans doute pour réaliser ce que le commun des mortels appellerait trivialement un « coup de com’ ». Certes enfin, de nombreux sympathisants de MLPC comme le docteur Bevarrah Lala ont des liens reconnus avec cette rébellion qui fait tant de mal au peuple centrafricain.

Ziguele-Martin-conf

                Malgré ces faits troublants, il semble néanmoins indubitable qu’il n’existe pas véritablement de coopération intrinsèque entre le MLPC et les mercenaires de la CPJP. Déjà, lorsque Charles Massi dirigeait la CPJP, Martin Ziguélé se méfiait avec raison de cet ancien Ministre d’Etat trop versatile, qui a trahi tant de fois ses mentors. A la disparition du leader de la CPJP en janvier dernier, le MLPC a décidé de récupérer l’affaire en se donnant le rôle de contempteur du régime de l’Homme du 15 mars sur le cas Massi, sans doute à des fins électorales. Mais il n’en demeure pas moins que les liens entre le président du MLPC et la nouvelle CPJP sont restés distants, surtout que la CPJP est en majorité composée de mercenaires tchadiens peu à même d’accepter un centrafricain, novice dans l’art de la guerre, en tant que chef. Si Martin Ziguélé possède des qualités incontestables de manipulateur politique, il n’en va pas de même pour sa capacité à coordonner les actions d’une rébellion armée.  Il apparaît donc que les rebelles de la CPJP n’agissent pas sur ordre du MLPC, même si le parti de Martin Ziguélé éprouve une joie malsaine quant aux agissements de la CPJP, espérant ainsi faire sombrer la République Centrafricaine dans la chaos pour s’approprier le pouvoir. Quoi qu’il en soit, le verdict des urnes sera souverain et à ce petit jeu-là, il n’est pas sûr que Martin Ziguélé se montre le plus fort.

 

Robert Wali

Rédaction centrafriquenligne.com

Publié dans EDITORIAL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article