L'Institut Pasteur de Bangui a cinquante ans !

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE


Fondé le 25 février 1961, l'Institut Pasteur a lutté pendant un demi-siècle contre quantité de maladies ravageant l'Afrique Centrale et succinctement, la République Centrafricaine. Situé en plein centre de Bangui (juste à côté du lycée Charles de Gaulle et de l'agence Air France), cet établissement d'utilité publique mène plusieurs missions de front : la vaccination des populations, la recherche biomédicale et la formation des futures médecins ou chercheurs centrafricains en partenariat avec l'Université de Bangui. Initialement, ce centre médical a été créé pour lutter contre la fièvre jaune, véritable fléau des populations à l'aune des indépendances. Par la suite, avec l'apparition ou l'expansion endémique d'autres pathologies, l'Institut Pasteur a diversifié son combat. Hépatite B, Sida, paludisme, dengue... Toutes ces maladies peuvent trouver un traitement adéquat à l'Institut Pasteur, qui emploie à la fois des expatriés et des locaux. Et ce n'est pas tout.... Car cette structure apporte depuis plusieurs années un appui considérable au Ministère de la Santé centrafricain, avec lequel il collabore étroitement. Selon le directeur général de l'Institut Pasteur, le docteur Mardad Kazanji, l'institution qu'il dirige n'a d'autre vocation que de servir le peuple centrafricain dans le domaine sanitaire.

vaccin-fievre

A l'occasion de ce cinquantenaire qui suit de peu les célébrations du cinquantenaire de l'indépendance de la République Centrafricaine, de nombreuses manifestations ont été organisées dont une journée porte ouvertes en présence du Président de la République, François Bozizé et quelques projections de films scientifiques à destination d'un jeune public. Reste une question épineuse : le coût des prestations proposées par l'Institut Pasteur. A Bangui, d'aucuns jugent ce coût excessif, ne le considérant abordable que pour la classe dirigeante et les expatriés. Cette réalité contraste fortement avec la vocation sociale que tente d'afficher l'Institut depuis plusieurs décennies. Pour y remédier, à l'occasion de cette date anniversaire, le directeur général de l'Institut a annoncé avec fracas la signature prochaine d'une convention avec le gouvernement centrafricain pour réduire de près de 30 % le coût des vaccinations et autres examens médicaux. Espérons simplement que les promesses seront suivies des faits...

 

Robert Wali

Rédaction Centrafrique En Ligne

Publié dans ECHOS DE LA SOCIETE

Commenter cet article