La CPJP annonce un cessez-le-feu pour négocier

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

 La Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP), un des rébellions encore très active et impliquée dans de nombreux combats ces derniers mois en Centrafrique, a annoncé jeudi dans un communiqué un cessez-le-feu pour négocier avec le gouvernement.

photo 1202054066598-1-0 zoom
La Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) a décidé d'observer un cessez-le-feu en vue de permettre l'ouverture de négociations avec le Gouvernement centrafricain pour mettre fin à la souffrance de la population civile, affirme le communiqué parvenu à l'AFP à Bangui et signé du secrétaire général et porte-parole de la CPJP Assan M'bringa Togbo.

La CPJP espère vivement que ces négociations aboutissent le plus tôt possible, au règlement de ce conflit. La République Centrafricaine a besoin, après tant d'année de conflit armé, d'une paix durable, poursuit le

La CPJP fait appel à tous ceux qui oeuvrent pour la paix en République Centrafricaine de nous aider à conduire ce processus de dialogue et de négociation en vue de régler définitivement ce conflit qui mine les espoirs du peuple centrafricain courageux et laborieux qui aspire à la paix et au bien-être, conclut le texte.

La CPJP, dirigée par l'ancien ministre et opposant Charles Massi donné pour mort par sa famille est très active dans le nord-est et le sud du pays. Elle exige du pouvoir de Bangui, des clarifications sur la mort de son leader, et en faisait jusque-là, un préalable à toute négociation avec le régime de François Bozizé.

Dimanche, des combats avaient encore opposé l'armée centrafricaine à des éléments de la CPJP, à Nzako, une région minière de l'est du pays. L'armée centrafricaine affirme n'avoir enregistré aucune perte lors de ces combats mais la CPJP présente un bilan très différent. Rejetant la responsabilité de l'attaque sur les forces gouvernementale, elle revendiquaiat avoir tué 11 soldats et avoir energistré un seul décès dans ss rangs.

La CPJP a accompli son attaque la plus médiatique en novembre 2010 en prenant Birao la principale ville du nord faisant six morts et une dizaine de prisonniers dans les rangs de l'armée centrafricaine selon Bangui.

Bangui avait été contraint de faire appel à l'armée tchadienne pour reprendre la ville le 1er décembre, à l'issue de violents affrontements ayant fait 65 morts côté rebelles, selon le pouvoir.

Source : AFP

Publié dans LE FIL DE L'ACTUALITE

Commenter cet article