Le commerce centrafricain s'intègre à la mondialisation

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

 Les travaux de l’atelier de validation de l’étude sur l’intégration du Commerce se sont ouverts le 06 Avril à Bangui sous la présidence de la Ministre du Commerce et de l’Industrie Emilie Béatrice Epaye.

 photo10

C’était  en présence du Coordonnateur du Cadre Intégré Dieudonné Ouefio et du Consultant National Gilbert Gandao.

Cette étude est une initiative du  bureau régional du PNUD à Genève lancée dans 9 pays dont la République Centrafricaine qui  vise à recueillir des informations sur la façon dont ceux-ci ont abordé le défi de l’intégration du commerce au niveau des politiques de développement, au niveau institutionnel et au niveau du dialogue entre pays et partenaires au développement

« D’après les termes de référence, l’étude vise à identifier les éléments de succès de l’intégration du commerce dans les stratégies de développement afin de comprendre comment le commerce pourra avoir une incidence sur la pauvreté dans un pays ».

Pour Mme Epaye  la démarche du PNUD correspond parfaitement à la vision du gouvernement dans sa prise en compte des questions de commerce dans ses politiques de développement.

S’adressant aux participants elle les a exhortés à apporter pendant ces 48 heures toutes les contributions nécessaires à la finalisation de cette étude « Le recours à vos expertises traduit la volonté du gouvernement et celle des partenaires à privilégier l’approche participative dans la réflexion sur des questions  d’intérêt national ». Avant de déclarer les travaux ouverts, elle a conclu qu’il s’agira d’un document de plaidoyer « Cette étude sera un document de plaidoyer pour les renforcements de capacités en matière d’intégration du commerce dans la politique de développement national ».

Approché par l’Agence Ai, l’expert national, M. Gandao a été plus précis « Cette étude est menée pour faire comprendre aux centrafricains que le commerce doit être considéré comme le moteur de développement de la croissance. Et à ce titre, il doit contribuer à la réduction de la pauvreté en Centrafrique ».

S’attardant sur le développement du Commerce, il a laissé entendre que cette étude avait permis de comprendre qu’il fallait réduire certaines contraintes comme l’insécurité et lever les barrières illégales.

Cette étude qui est soumise à l’examen pour sa validation, a été réalisée par le vice doyen de la faculté des sciences économiques de l’Université de Bangui, M. Gilbert Gandao.

Source : Africa-Info

 

 

Publié dans ACTU ECONOMIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article