RCA : Le secteur du café en pleine relance, quid de l’huile de palme et du coton ?

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

 

La semaine dernière, sur les ondes de Radio Centrafrique, le Ministre du Développement Rural et l’Agriculture, Fidèle Ngouandjika (par ailleurs Ministre d’Etat à la Communication et porte-parole du gouvernement) a annoncé le lancement d’un plan de soutien aux caféiculteurs par le truchement de l’octroi de subventions. Déjà, il y a quelques mois, le gouvernement avait mis en place un programme d’aide aux producteurs de café en leur octroyant 500 millions de Francs CFA pour l’achat de petit matériel permettant d’améliorer le rendement de leurs cultures. C’est aujourd’hui 250 millions de Francs CFA de subvention qui vont être attribués aux producteurs pour la relance d’un secteur de l’économie qui a été ravagé par une décennie de conflits et d’instabilité politique.  Sept des seize préfectures centrafricaines sont concernées par ces aides et les mieux loties sont la Basse-Kotto, la Lobaye et la Ouaka, les plus gros producteurs de café sur le territoire centrafricain. Ce plan s’inscrit dans la volonté affichée du gouvernement de relancer l’agriculture ainsi que de développer l’arrière-pays, et ce par le truchement de mesures paratarifaires de grande ampleur.

Mais même si des secteurs comme le café ou bien encore le sésame bénéficient d’un appui gouvernemental marqué, il n’en reste pas moins que des productions demeurent aujourd’hui dans un état de déliquescence intolérable. Nous pouvons ici mettre en exergue les exemples de la culture du coton (principalement dans le nord du pays) et de l’exploitation de l’huile de palme (via la société d’Etat CENTRAPALM), deux démonstrations affligeantes du dilapidage des richesses nationales depuis l’indépendance en 1960. En effet, et selon les dires mêmes du Président François Bozizé Yangouvonda dans une interview accordée à Jeune Afrique en juillet dernier, la production de coton est tombée en deux décennies de 100 000 tonnes annuels à moins de 3500 tonnes, contrastant avec le cas tchadien où les exportations de coton sont en constante augmentation depuis plusieurs années et ce malgré la manne pétrolière. Cette chute vertigineuse de la production est due aux conflits latents qui agitent le nord de la République Centrafricaine depuis la fin des années 90 et au manque d’atouts concurrentiels, du fait de la carence en machines agricoles de dernière génération. Malgré un plan de relance du secteur mis en place par le Ministère du Commerce et de l’Industrie, le coton centrafricain a les plus grandes difficultés du monde à être ressuscité et les nouveaux APE qui l’Union Européenne veut faire signer à la République Centrafricaine n’arrangent rien à l’affaire. En fin de compte, c’est toute une frange de la population du nord de la RCA qui se trouve désœuvré à la suite de la fin de la manne du coton.

cafe-1

Aussi désolante que soit la situation de la production du coton en République Centrafricaine, ce constat n’est rien à côté de celui qui peut être fait lorsqu’on s’intéresse à la production de l’huile de palme.  Malversations, arrachage de palmiers, grèves, arrêt quasi-total de la production sont monnaie courante à la CENTRAPALM (société détentrice d’un monopole sur la fabrication de l’huile de palme) depuis plusieurs années. Même si la situation s’est sensiblement améliorée avec la désignation d’un nouveau Directeur Général et la réalisation d'un plan de restructuration, il paraît intolérable que l’huile de palme, jadis fierté de la République Centrafricaine, soit désormais importé du Cameroun pour couvrir les besoin des ménages centrafricains. Il conviendrait que la CENTRAPALM soit restructurée, cette fois en profondeur, et privatisé dans le cadre de la création d’une société privée, où l’Etat (avec une minorité de blocage) et les producteurs seraient chacun actionnaires. Il serait non dénué d’esprit que le gouvernement s’inspire de la réussite du secteur du café pour s’ingénier à remettre sur pied d’autres richesses agricoles de la République Centrafricaine.

Jonas ABBO TSHIPOPO

Rédaction  centrafriquenligne.com

Publié dans ACTU ECONOMIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article