Les rêves du Président François Bozizé pour désenclaver la République centrafricaine

Publié le par CENTRAFRIQUENLIGNE

Bangui, 6 Juil (ACAP)- Le Président François Bozizé, a déclaré que « le processus enclenché du désenclavement est ma priorité pour un véritable développement de la République Centrafricaine, pour le second mandat »



Les rêves du Président François Bozizé pour désenclaver la République centrafricaine

Cette déclaration est faite lundi 5 juillet 2010, au cours d’un entretien avec François Soudan du journal « Jeune Afrique », sur le quinquennat de son mandat. 
« Notre rêve est de résoudre le problème de désenclavement terrestre, aérien, le chemin de fer et d’autres », a souhaité le Président François Bozizé. 
« Le plan marshal de Centrafrique peut se faire facilement si effectivement nous mettons en valeurs nos ressources naturelles notamment les mines, l’or et le pétrole », a mentionné le Président de la République 
Le Président François Bozizé, a déclaré que tous les régimes qui se sont succédé à la magistrature suprême de l’Etat Centrafricain n’avaient pas pris en main la destinée du pays. 
« On s’est laissé entraîner par l’égoïsme, la méchanceté et bien d’autres facteurs. Tout ce monde civil comme militaire a failli à une part de responsabilité dans tout ce qui s’est passé dans le pays », a ajouté le Président François Bozizé. 
Cependant, le Président de la République, a fait remarquer « on reconnaît que l’ex Empereur de Centrafrique Jean Bedel Bokassa a construit ce pays. Par contre tous ceux qui l’avaient succédé n’ont rien fait de concret ». 
Au sujet du report sine die du processus électoral, le Président François Bozizé a indiqué que ce blocage se justifie par les questions du Désarmement Démobilisation et Réinsertion (DDR) des ex-combattants et le non versement du quotte part de la Communauté internationale au budget de la Commission Électorale Indépendante (CEI) qui est de l’ordre de 7,5 milliards francs CFA, alors que la partie Centrafricaine a déjà débloqué 3,5 milliards de francs Cfa à la CEI. 
Le Président François Bozizé, a réitéré que « si effectivement le DDR avait atteint le niveau de désarmement, je pense qu’on puisse aller aux élections », malheureusement « les rebelles détiennent encore les armes ».
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article