Majorité absolue à l'Assemblée Nationale pour le KNK

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Le parti du président Bozizé a obtenu la majorité absolue à l'Assemblée centrafricaine au 2e tour des législatives du 27 mars en remportant 61 des 105 sièges, selon les résultats provisoires annoncés dans la nuit de mercredi à jeudi par la Commission électorale indépendante (CEI).

communiqué4-1

Dans ce second tour, 36 nouveaux candidats du KNK (Kwa na Kwa, le travail rien que le travail) du président François Bozizé ont obtenu leur siège de député, selon la CEI. 26 candidats du KNK avaient été élus dès le premier tour d'après la CEI le 7 février, mais la Cour constitutionnelle a annoncé mercredi avant la lecture des résultats que le premier tour de Bamingui (nord) qui donnait vainqueur un candidat du KNK a été invalidé pour des irrégularités et un deuxième tour devra se tenir.

Dix-huit nouveaux candidats indépendants ont été élus (qui s'ajoutent aux 8 du premier tour dont 5 proches de M. Bozizé), mais aussi 11 candidats de la majorité présidentielle et un opposant (le deuxième sur l'ensemble du scrutin).

Trente-cinq sièges avaient été pourvus dès le premier tour, selon les résultats de la CEI le 7 février.

 

Aucun député n'a encore été désigné dans trois circonscriptions en plus de Bamingui: à Boganangone (sud) sans qu'un motif soit avancé par la CEI, à Bouar 1 (ouest) où le premier tour (ballotage) a été invalidé par la Cour constitutionnelle pour des irrégularités et sera repris, et enfin à Boganda où les résultats du dépouillement tardif du premier tour n'ont toujours pas été communiqués.

 

Les résultats des législatives doivent encore être validés par la Cour constitutionnelle, mais l'Observatoire National des Elections n'a pas relevé de fraude menaçant l'ensemble du scrutin dans sa légitimité. Le KNK et ses alliés disposaient de 80 des 105 sièges de la précédente législature. Il reste bon espoir que cette hégémonie se pérennise car une fois la majorité des indépendants ralliés, le KNK devrait réussir à rassembler la majorité des 2/3 indispensables à toute réforme constitutionnelle. 

Source : Centrafrique En Ligne avec AFP

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article