Présidentielle en Centrafrique: un délai supplémentaire de 24H pour les candidatures

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE



Ziguele-Martin-confDénouement dans la polémique au sujet de la date de clôture des candidatures aux élections groupées en Centrafrique le 23 janvier prochain. Lundi 15 novembre dans la soirée, le président François Bozizé a demandé à la Commission électorale indépendante (CEI) de s'organiser afin que des candidats n'ayant pas déposé leur dossier à temps puisse se présenter aux élections.

 

"Je demande tout simplement au président de la CEI de s'organiser pour que les dossiers de candidatures en retard soient déposés afin que le processus électoral suive son cours", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une réunion regroupant les membres de l'opposition et de la majorité.

Invité à la réunion, l'opposant Martin Ziguélé, Premier ministre de 2001 à 2003, qui n'avait pas déposé son dossier dans les délais pour protester contre la modification des dates de dépôt, a lancé au président: "J'en appelle à votre rôle constitutionnel, comme garant de la paix et de l'unité nationale. Je n'ai pas d'autres ambitions que d'aller aux élections".

Avant de demander à la CEI un délai supplémentaire pour les retardataires, M. Bozizé a tout d'abord fustigé les justifications de l'opposant. "Le mal ce n'est pas la CEI, c'est le jeu politicien. Pourquoi déformez vous la vérité? Vous allez tromper perpétuellement le monde comme ça? Depuis un an vous n'avez pas déposé de dossier. Les autres l'ont fait", s'est écrié M. Bozizé.

Le 19 octobre, la période de dépôt des candidatures qui devait initialement courir du 8 novembre au 10 décembre avait été avancée et sa clôture fixée au 8 novembre, entraînant rejet et protestations de l'opposition.

Pour le moment, quatre dossiers de candidatures à la présidentielle ont été retenus par la CEI qui les a transmis à la Cour Constitutionnelle. Les candidats sont l'actuel président Bozizé, arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en 2003 puis élu en 2005 pour cinq ans, l'ancien président renversé par M. Bozizé, Ange-Felix Patassé (1993-2003), l'ex-ministre de la Défense et chef de L'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) qui a intégré les accords de paix, Jean-Jacques Demafouth ainsi que Justin-Innocent Wilité, du Congrès centrafricain de la renaissance (CCR).

Prévues pour avril, puis mai 2010, les élections législatives et présidentielles de Centrafrique, reportées au 23 janvier 2011, devraient permettre de renouveler les mandats des députés et du président de la République, arrivés à terme en juin 2010.

Source : AFP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article