S.E. le Général d'armée François Bozizé à Brazzaville pour le sommet extraordinaire de la CEMAC

Publié le par CENTRAFRIQUENLIGNE

827

 

Lundi, le 7 juin 2010, s'est ouvert un sommet extraordinaire de la Communauté Economique des Etats d'Afrique Centrale (CEMAC)  dans la capitale de la République du Congo, Brazzaville. Les six chefs d'état, dont le centrafricain François Bozizé, se sont rendus à ce sommet qui a pour but de finaliser la mise en oeuvre des décisions du sommet de Bangui qui s'est tenu en janvier de cette même année. En enterrant le concensus de Fort-Lamy, les décideurs de toute l'Afrique Centrale ont créé une communauté juste où chaque pays aurait accès à tour de rôle et de manière impartial (ndlr : par ordre alphabétique) à la présidence des différentes institutions de la CEMAC (BEAC, BDEAC, Commission de la CEMAC...).

D'autres sujets ont été évoqués comme la mise en place dans les plus brefs délais de l'accord de libre-échange dans l'espace CEMAC, ou encore la création d'un passeport biométrique commun aux six états. Le général Bozizé, quant à lui, s'est montré ces derniers mois très actif sur le dossier d'Air Cemac et a pu présenter à ses homologues un accord de principe qu'il a obtenu avec la compagnie South African Airways dans le but de créer un "accord de partenariat stratégique" entre les deux compagnies. Cet accord comprendrait notamment le partage des codes aériens ou encore la coopération technique ainsi que la formation des pilotes d'Air Cemac au sein des unités de formation de South African Airways, une compagnie réputée sûre à l'implantation très solide dans toute l'Afrique Australe.

Le peuple centrafricain se doit de faire confiance à ses amis sud-africains, qui, à maintes reprises, ont épaulé les FACA dans leurs différentes missions afin de préserver la souveraineté nationale face à des terroristes sans scrupules. Et il se doit encore plus de faire confiance en l'entremise du président Bozizé pour sortir Air Cemac de l'impasse dans laquelle elle s'est engoufrée depuis de nombreuses années. Ainsi, l'Afrique Centrale retrouvera une compagnie aérienne digne de ce nom, ce qui lui manquait tant depuis la faillite de Air Afrique.

Robert Wali

 

 

Commenter cet article