Témoignage d'un rescapé du massacre du consulat centrafricain de Douala

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Nous publions en exclusivité le témoignage d'un centrafricain qui a été le témoin oculaire de l'assaut du consulat de République Centrafricaine à Douala le 3 novembre 2010. Ce témoin a requis l'anonymat pour éviter des représailles de la part des auteurs de cet incident ignoble.

74320 164269880259822 100000304330687 378079 6658364 n

"Résidant centrafricain à Douala, je travaille dans une société de la place. Vers huit heures du matin quand je partais au travail, j'avais fait une escale juste devant le consulat pour déposer un cousin venu de Bangui. Quelque temps plus tard un véhicule des commandos de la gendarmerie s'est garé devant le consulat, je vois deux hommes en tenue qui entre dans le consulat avec le consul. Puis la représentante du KNK à Douala est aussi a son tour arrivée,. Quelques temps plus tard un monsieur est venu s'enregistrer avec son acte de naissance, le personnel du consulat a refusé car le recensement était terminé puis ce monsieur a commencé à ameuter des compatriotes au téléphone en me disant en même temps que " si c'est le désordre que vous voulez, vous allez en avoir aujourd'hui" avec un français vraiment bizarre.  Ca n'a pas fait 5 min, je vois des gens en groupe se tenir devant le consulat, un sort sa machette pour menacer le planton. La police a réussit à le calmer et à récupérer la machette. Dès qu'il a sorti la machette, je me suis éclipsé puisque ça sentais déjà mauvais. Après, une fois les policiers partis, il parait qu'ils sont entrés dans le consulat, le planton du consulat a essayé de les empêcher d'entrer mais il s'est retrouvé la gorge touchée par le couteau, tout le monde fuyait, c'était la débandade totale. Ils ont tout cassé au consulat, tapé tous ceux qui étais a l'intérieur. Voila vous connaissez le reste, ces gens ne sont pas des résidants de douala, surement ils sont venu d'ailleurs, ils avaient l’apparence de nordistes bien de chez nous. Ca fait dix ans que je suis au Cameroun, je ne les avais jamais vus à Douala avant. Ils avaient l’air vraiment déterminés, car ils n’ont pas immédiatement fui après le massacre, ils ont pris le sang des victimes pour le mettre sur eux. Je n'ai pas dormi chez moi hier, ma famille est partie à Yaoundé pour se mettre à l'abri. Ces gens sont des sanguinaires, et dans la communauté centrafricaine du Cameroun, on a tous peur que ça recommence."

 

La rédaction de Centrafriquenligne.com

Publié dans INTERVIEWS-COMMUNIQUES

Commenter cet article