Un gouvernement de mission pour remplacer les ministres candidats aux législatives

Publié le par CENTRAFRIQUENLIGNE



Un gouvernement de mission pour remplacer les ministres candidats aux législatives
a particularité de ces élections c’est la participation de plusieurs membres du gouvernement : Sylvain Ndoutingaï à Berbérati 1, Aurélien Simplice Zingas Kongbélé dans le 6e arrondissement de Bangui, Désiré Zanga-Kolingba dans la deuxième circonscription du 5e arrondissement à Bangui, Thierry Malèyombo dans le 7e arrondissement de Bangui, Marie-Solange Ndakala-Pagonendji à Bambari 1, Faustin Archange Touadéra à Damara pour ne citer que ceux-là. Ces candidats occupent constamment le terrain pour ne pas le céder à leurs adversaires. 
Pendant ce temps des dossiers traînent dans leurs parapheurs. De fait ils sont membres du gouvernement dont ils sont absents d’esprit durant cette période de campagne. 
Ce vide administratif devrait inciter le Chef de l’Etat à procéder à un remaniement en tenant compte du chronogramme des 18 et 19 avril 2009. (cf. Décret n° de nomination du Premier Ministre, chef de gouvernement et de ses membres). 
Ce changement permettrait aux ministres candidats de se libérer de leurs charges professionnelles pour ne se consacrer qu’aux activités politiques, sur le terrain qu’ils veulent conquérir sous la bénédiction du président de la République qui pourrait, par exemple, se laisser inspirer par l’exemple guinéen en mettant en place un gouvernement de mission qui terminerait son mandat après les élections. 
Et pourtant ce ne sont pas des candidats aux postes ministériels qui manquent dans ce pays. Puisque la campagne électorale des ministres candidats ne devrait pas bloquer le fonctionnement des affaires de l’Etat. 
Il faut souligner la situation assez préoccupante des populations de l’arrière-pays longtemps meurtries par les exactions prolongées des multiples rébellions qui traumatisent nos compatriotes. 
C’est l’occasion rêvée pour mobiliser les populations rurales à la relance économique et renforcer les liens entre les dirigeants et les masses populaires. 
Source : La Plume-RCA


Commenter cet article