Affaire Bambou-Sandy : libres, mais coupables...

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Rarement en République Centrafricaine une affaire n'a fait autant polémique que celle impliquant les journalistes Faustin Bambou et Emmanuel Cyrus Sandy. Ces deux patrons de presse, respectivement directeurs de la publication des journaux « Les Collines de l'Oubangui » et de « Médias + » ont été jugés en début de semaine par le Tribunal de Bangui pour « incitation à la violence et à la haine ». Cette inculpation fait suite à plusieurs articles parus dans leurs colonnes, où ces deux journalistes accusaient sans vergogne le Ministre délégué à la Défense, le Colonel Jean Francis Bozizé, d'avoir détourné plus de 5 millions d'euros de fonds alloués par l'Union Européenne pour régler les pensions des militaires retraités.

Francis Bozize

 

Le jugement a donc été rendu lundi, et la justice centrafricaine semble avoir fait oeuvre d'équité, jetant au loin les avanies de ceux qui l'accusait de ne pas se conformer au principe de séparation des pouvoirs si cher à Montesquieu. Les deux hommes de presse ont été reconnus coupable de diffamation mais ne se retrouveront pas derrière les barreaux, en vertu de l'ordonnance 05.002 de 2005 qui exonère les coupables de « délit de presse » de prison ferme. Ils ont donc été immédiatement libérés de la prison de Ngaragba, où ils croupissaient depuis plus d'un mois en détention préventive. Les accusations d'incitation à la violence et à la haine ont également été battus en brèche, jugés avec raison par le tribunal quelque peu excessives. Au regard de cette décision de justice, le principe de la liberté de la presse a donc été préservé (en dépit des algarades bigotes de certains droits-de-l'hommiste) et la République Centrafricaine pourra continuer à se targuer d'être un des meilleurs élèves du continent africain en la matière (69ème pays sur plus de 150 au dernier classement de Reporters Sans Frontières). Quant à Bambou et Sandy, ils s'en tirent donc à bon compte avec chacun 300.000 Francs CFA (environ 450 euros) d'amende à verser au Colonel Bozizé.

 

Car les accusations en diffamation portées par le Ministre délégué à la Défense étaient loin d'être infondées. En effet, les deux journalistes s'étaient confondus en publiant tour à tour des brûlots mensongers, basant leur argumentaire sur de simples allégations provenants par ailleurs de témoins peu crédibles. Aucun document sérieux en leur possession n'est en mesure d'affirmer que Francis Bozizé s'est bel et bien approprié les cinq millions d'euros de subventions octroyées par l'Union Européenne (qui, d'ailleurs, s'est refusée à cautionner les écrits des deux journalistes). Profitant du déplacement prolongé du Ministre Délégué en France, ils se sont jetés à corps perdu dans une campagne calomnieuse contre le fils du Président Bozizé, sans doute manipulés par quelque Machiavel aux noirs desseins. En tant que journalistes de la rédaction de Centrafrique En Ligne, il convient de faire une petite mise au point à l'endroit de nos chers confrères : liberté de presse ne signifie pas liberté de déverser à loisir sa bile sur une personnalité publique, sans fondement viable qui plus est. La presse centrafricaine se doit de l'apprendre, s'il le faut à ses dépens. Avant de s'ériger en Prométhées de l'arbitraire et de la tyrannie, Faustin Bambou et Emmanuel Sandy feraient mieux de commencer par respecter scrupuleusement la déontologie du métier de journaliste qu'ils prétendent exercer. Ainsi, et seulement ainsi, ils pourront se prévaloir de faire partie de la même corporation que les célèbres Albert Londres, Ryszard Kapucsinski et autres Jean-Jacques Servan-Schreiber.   

 

Sara Pendéré

Rédaction Centrafrique En Ligne

Publié dans EDITORIAL

Commenter cet article

LAMESSI Alain 17/07/2011 23:08


Bonjour,
En parcourant votre article, je ne peux m'empêcher d'apprécier la fluidité de l'écriture ainsi que la pertinence de votre point de vue. Le ton mesuré de vos propos n'enlève en rien la perspicacité
de votre analyse. A vrai dire, cela tranche radicalement avec le "centrafricano-pessimisme" ambiant. Félicitations car j'ai eu grand plaisir à vous lire!!!
Cordialement