Centrafrique : Bozize pour la promotion des investissements portés par la diaspora

Publié le par CENTRAFRIQUENLIGNE

 


 

Le pays, c'est vous...

Ai-Rca - L’hémicycle du Palais de l’Assemblée Nationale a servi de cadre ce jour au lancement des travaux par le Président de la République François Bozize du séminaire sur la promotion des investissements portés par la diaspora comme source de financement pour les petites et moyennes entreprises centrafricaines.


C’était en présence du Président de l’Assemblée Nationale Leroy Gaombalet, du Premier ministre Prof Archange Touadera, du corps diplomatique, des présidents des institutions nationales et du président de la délégation spéciale de la ville de Bangui Jean Barkès Ngombé Ketté

Organisé par le Ministère de la promotion des petites et moyennes entreprises, du secteur informel et du guichet unique, cette rencontre nationale qui a regroupé plus de 100 participants venus d’Europe, d’Afrique et de Bangui, a pour but principal d’inciter la diaspora à investir en République Centrafricaine.

Pendant trois jours, les séminaristes vont se pencher entre autres sur l’aspect général de la diplomatie en faveur de la diaspora, l’aperçu général sur les mesures fiscalo- douanières, la revue générale sur les mesures incitatives, potentialités et opportunités, les problèmes liés aux transferts et remises des fonds, l’expérience malienne.

Le Ministre en charge des petites et moyennes entreprises Moise Kotayé a, dans son mot de bienvenue souligné les actions multiformes entreprises par son département depuis sa création en 2009 auprès des opérateurs économiques. Actions qui a, selon lui, permis à ce département économiques da faire connaître leurs véritables problèmes «qui en tout et pour tout s’articule au tour du déficit d’information, de formation, d’encadrement et d’absence de moyens de productions».«Partant de ce constat, le département a mis en place tout un programme pour remédier à cet état de fait. Il s’est agit précisément du programme stratégique de la promotion des petites et moyennes entreprises, petites et moyennes industries en République Centrafricaine. Les partenaires au développement sont entrain de nous aider à améliorer la qualité avant soumission pour validation par le gouvernement », a-t-il souligné.

Pour Moise Kotayé, cette rencontre dont le thème est, la promotion des investissements portés par la diaspora comme source de financement pour les petites et moyennes entreprises centrafricaines, est une priorité du gouvernement qui résulte du processus de dialogue avec la diaspora africaine engagé il y a quelques années par l’union africaine et les gouvernements africains dans le cadre du Plan Global de développement du Continent.

«Pour permettre à la diaspora qui cherche encore de rentrer de plein pieds dans le processus préconisé par l’Union Africaine et les gouvernements africains et aussi de participer efficacement à la politique du gouvernement de notre pays pour la relance de l’économie nationale, le département a opté pour le tenue d’un forum national » a justifié le Ministre Kotayé

«L’événement d’aujourd’hui trouve sa source d’inspiration dans un modèle universel et historique où Joseph vivant en exil forcé en Egypte avait non seulement permis à ses frères d’être à l’abri de la grande famine mais aussi avait recommandé que ses restes soient ramenés en Israël, son pays d’origine, le jour où Dieu fera sortir les enfants d’Israël de l’Egypte » a rappelé le Président de la république en ouvrant les travaux de ce forum national.

Pour François Bozize, l’objectif de la création du département en charge des petites et moyennes entreprises, est de faire le point avant et après les malheureux événements de 1996 à 2003, établir l’ordre de priorité compte tenu des besoins et de la nouvelle donne pour la réhabilitation ou la renaissance de certaines d’entre elles qui ont disparu.

Du haut de la tribune, il a demandé d’une part aux séminaristes d’être des défenseurs de la nation et de leur patrie pour barrer la route à ceux qui cultivent encore la haine et qui diabolisent encore leurs pays et d’autre part de suivre l’exemple des diasporas de l’Afrique de l’Ouest et même de celle de Cameroun «dont le montant d’investissement dans certains cas dépasse de loin l’aide publique au développement et dans d’autres les revenues procurées par l’exploitation et la commercialisation des principaux produits ».

«J’ose espérer que, de retour dans leurs respectifs, elles sauront témoigner que la RCA vit, se vit, se sent et se développe. C’est un pays totalement différent de la science fiction publiée sur les sites Internet des nostalgiques du pouvoir » a-t-il conclu.

Ce forum national prendra fin le 3 juillet prochain.

 

Commenter cet article