Les mercenaires de la CPJP tentent de s'emparer des zones pétrolifères

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Dimanche, en début d'après-midi, un contingent de miliciens appartenant à la CPJP (Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix) dirigé par Abdoulaye Hissène et épaulé par des rebelles tchadiens de l'UFR ont mené plusieurs attaques dans la préfecture de la Vakaga (nord-est du pays). Ces agressions visaient conjointement une base de l'UFDR (ancienne rébellion aujourd'hui alliée au gouvernement), un village d'innocents habitants et les installations pétrolifères présentes dans la région (à Boromata) depuis janvier dernier. Mais fort heureusement, les auxiliaires goula de l'UFDR et les FACA présents à Birao ont réussi à unir leurs forces pour repousser l'attaque après plusieurs heures de combat acharné. Les combattants de la CPJP ont subi de lourdes pertes et ont dû se replier de l'autre côté de la frontière. Du côté de l'armée gouvernementale, plus de peur que de mal, les vies humaines ont été épargnées.

photo 1202054066598-1-0 zoom

Malheureusement, engoncés dans leur démence, les maraudeurs de la CPJP ont essaimé les morts civiles sur leur chemin, violant et tuant sans répit parmi les populations locales. Par ailleurs, la portée de leur action montre clairement que ceux-ci cherchent sciemment à contrôler les zones pétrolifères qui sont actuellement explorées par les chinois de la CNPC (China National Petroleum Company). Usant d'un mimétisme criminel, leur volonté affichée de s'approprier les richesses du sous-sol centrafricain peut s'apparenter à celle dont ont fait preuve des rébellions zaïroises tels que le RCD ou le MLC lors de la Seconde Guerre du Congo (1997-2002). Peu à peu, la CPJP tombe de Charybde en Scylla et leurs chefs (tels que Bévarrah Lala ou Abdoulaye Hissène) se montrent toujours plus avides de rapines. Malheureusement pour la CPJP, le gouvernement de la République Centrafricaine, allié aux populations autochtones, ne s'en laisse pas compter. N'en déplaisent à certains extrémistes, l'Etat de Droit sera bientôt rétabli jusqu'aux marches les plus lointaines du territoire centrafricain et des matières premières tel que le pétrole pourront être exploités en toute tranquillité afin d'être redistribué au mieux au peuple centrafricain.

 

Robert Wali

Rédaction Centrafrique En Ligne 

Commenter cet article