Clôture à Bangui du Salon de l'Invention et de l'Innovation Techonologique

Publié le par CENTRAFRIQUE EN LIGNE

Il y a un peu plus d'une semaine, le samedi 27 novembre 2010, se terminait à Bangui le Salon National de l'Invention et de l'Innovation Technologique (SANIIT). Pendant cinq jours, et ce pour la première fois en République Centrafricaine, les inventeurs ont pu exposer aux yeux du grand public des inventions et des innovations toutes plus originales les unes que les autres. La Salon a été organisé par le gouvernement centrafricain en partenariat avec l'OAPI (Organisation Africaine de la Propriété Industrielle), dont la Structure Nationale de Liaison à Bangui est dirigée par Aristide Kpenga. La cérémonie de clôture s'est tenue au stade 20 000 places en présence du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, S.E. Pr. Faustin-Archange Touadera et de la Ministre du Commerce et de l'Industrie, S.E. Madame Emilie Béatrice Epaye ainsi que de nombreuses personnalités de haute importance. Nous publions ici le discours de la Ministre du Commerce et de l'Industrie prononcé à l'occasion de la cérémonie de fin du SANIIT.

photo10

"Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat,

Honorable Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Messieurs les chefs des Institutions Républicaines,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,

Mesdames et Messieurs les Inventeurs et opérateurs économiques,

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs

 

Nous voici aujourd’hui au terme de la première édition du Salon National de l’Invention et de l’Innovation Technologique (SANIIT). Comme je l’ai déclaré à l’ouverture, cette manifestation, inscrite dans la suite des festivités marquant le cinquantenaire de l’indépendance de notre très cher et beau pays la République Centrafricaine, avait pour objectif principal de détecter, de faire émerger et d’encourager les meilleurs résultats de recherche dans tous les domaines techniques  susceptibles d’aboutir à la création d’entreprises innovantes. Il a également servi de cadre aux entreprises industrielles, commerciales et artisanales pour promouvoir leurs produits et services.

 

Après cinq jours d’exposition pour une première édition, nous pouvons nous estimer heureux de l’impact qu’elle a eu et de son écho auprès du public qui a été impressionné par les énormes potentialités dont regorge notre pays en termes de créations intellectuelles. Tous, nous avons pu apprécier à sa juste valeur l’effort que déploient nos compatriotes chercheurs, inventeurs, laboratoires, artisans et opérateurs économiques pour mettre au point des technologies capables de répondre aux besoins de la population.

 

 

Si nous avons constaté des failles au niveau de la qualité des produits, de leur conditionnement et d’insuffisances d’informations scientifiques notamment en ce concerne les produits de la pharmacopée traditionnelle, cette carence trouve son explication dans l’absence de moyens. Faute de moyens, les créateurs éprouvent d’énormes difficultés à mettre en œuvre leurs idées et à les parfaire, hypothéquant ainsi leur chance de réussite.

 

En effet, la plupart de ceux qui ont des idées novatrices, qui trouvent des solutions nouvelles aux problèmes techniques, qui mettent au point des procédés et des instruments nouveaux, en somme, qui inventent et innovent, éprouvent de sérieuses difficultés à concrétiser et valoriser leurs idées.

 

Mesdames, Messieurs les inventeurs, chers lauréats,

 

Je vous adresse, au nom de l’ensemble du Gouvernement,  mes vives félicitations et vous exhorte  à doubler d’effort pour perfectionner vos œuvres et à en créer d’autres et d’assurer leur protection auprès de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) par l’entremise de la Structure Nationale de Liaison.

 

J’encourage les autres participants à persévérer dans la recherche de la perfection, car ils finiront bien par obtenir gain de cause. Le fait de ne pas gagner de prix, ne signifie guère que vous avez démérité. Comme le laboureur de la Fontaine l’a conseillé à ses enfants, je vous  conseille de continuer à « creuser, fouiller, bêcher » et vous finirez par trouver ce qui vous mènera à la réussite.

 

Mesdames, Messieurs,

 

Les mutations économiques qui s’opèrent à l’échelle mondiale, sont des défis majeurs de ce début du vingt et unième siècle. Elles nous interpellent tous tant elles fragilisent, chaque jour, les économies des pays africains et impactent dangereusement la vie de nos populations. Elles exigent du Gouvernement l’obligation d’y apporter des réponses adaptées, notamment dans la transformation industrielle, à partir de notre pays, de nos matières premières avec l’aide de nos propres technologies créées à partir de nos propres savoirs.

 

Si notre pays n’investit pas assez dans la recherche, l’invention et l’innovation, il ne décollera guère et son économie demeurera extravertie et sera indéfiniment soumises aux contingences extérieures.

 

Le monde de la propriété intellectuelle devrait être en relation avec  celui de la recherche et de l’entreprise, car ce sont là le trois piliers du développement de l’industrie. La recherche alimente l’industrie qui transforme les biens et leur accorde une valeur ajoutée et les rend compétitifs sur le marché sous-régional, régional et international.

 

Monsieur le Premier Ministre,

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Il incombe désormais au Gouvernement de canaliser et soutenir ces énergies créatrices en prenant des  mesures favorables à la valorisation des résultats de la recherche, à l’exploitation des innovations technologiques par les entreprises et au transfert de technologie, et aux partenaires financiers d’accompagner les efforts déjà entrepris par nos inventeurs, chercheurs et artisans en vue de la matérialisation de leurs œuvres pour la relance de l’économie nationale et le bonheur de nous tous.

 

Eu égard à ce qui précède, une synergie entre les différentes administrations nationales, institutions en charge des questions de propriété intellectuelle et partenaires au développement devrait s’établir afin d’aboutir à :

la réhabilitation des centres de recherches ;

la dotation des laboratoires de recherches  en moyens et équipements adéquats ;

la redynamisation des centres de formation professionnelle à caractère technique ;

l’encouragement des élèves et étudiants à suivre des filières scientifiques et techniques ;

un meilleur encadrement des tradipraticiens de santé ;

la valorisation des produits agricoles et artisanaux par le biais des indications géographiques ;

la création d’une structure d’appui aux inventeurs, chercheurs et artisans ;

la construction d’un centre national d’exposition capable d’accueillir des manifestations à caractère économique et culturel d’envergure nationale, régionale et internationale

etc…

Cette lourde responsabilité incombe dorénavant au Conseil National de la Propriété Intellectuelle à qui je demande de se mettre immédiatement à l’œuvre.

 

Avant de terminer mes propos, je voudrais féliciter :

- le comité d’organisation

- les membres du jury

- les laboratoires, inventeurs, chercheurs, artisans et opérateurs économiques pour leur brillante participation à la présente édition, et les exhorte à bien se préparer pour les échéances de 2012.

 

 

Je renouvelle en outre également mes remerciements

-au Gouvernement

-à l’OMPI

-à l’OAPI

-aux sponsors SOCIMCO et SAVEX

-à la presse

-à tous les participants

Ainsi qu’à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont contribué à la réussite de cette manifestation.

 

Je souhaite à chacun de vous de passer de bonnes fêtes de fin d’année, je voudrais citer le cinquantenaire de l’indépendance de notre pays, les fêtes de noël et de nouvel an, ainsi qu’un  bon retour dans vos foyers respectifs.

Vive la République Centrafricaine

Vive l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle

Je vous remercie."

 

La rédaction de Centrafrique En Ligne

Publié dans ACTU ECONOMIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article